Publié le Un commentaire

Vous avez dit Upcycling ?

Ballons de foot upcyclés
Un vieux ballon, une plante grasse, et hop, un jardin !
Image par karin_van_Duke de Pixabay

Je récupère, tu récupères, il récupère…..

Récupérer ce dont les autres ne veulent plus pour en faire un autre usage. Voilà le principe écologique de l’upcycling appelé aussi surcyclage

On imagine aisément que depuis la nuit préhistorique, les hominidés ont tiré de plus en plus profit des déchets de la taille des silex, des déchets des dépouilles animales, des déchets du foyer. Le statut de tout ce qui ne peut plus servir passe au statut de ce qui peut encore l’être. Une sorte de système écologique avant la lettre, une économie de survie, loin d’une tendance.
Oui mais servir à quoi ? Les déchets des dépouilles de gibier ont produit les peaux pour se protéger du froid, pour former des outres, les os pour servir de pendentifs ou de petits outils, les tendons pour servir de lien. Les déchets du foyer ont produit des charbons pour marquer des lieux, grimer des peaux.

Une bouteille au jardin
Une bouteille au jardin
Image par ReHaMan de Pixabay

Comme un besoin

Toute société, tout femme, tout homme connaît ce penchant commun à vouloir réutiliser un objet non plus pour le même usage mais pour un usage différent, le faisant passer d’un état de rebus à celui de matière première.
Paradoxalement, jeter ce qui ne sert plus n’a jamais cessé. Les dépôts d’objets au rebus, abandonnés, cassés, démodés, ceux qui ne font plus envie pour une raison ou pour une autre ont toujours existé. C’est d’abord la raison pour laquelle on les retrouve. Les archéologues adorent ces dépôts, ils en tirent tellement de renseignements et d’enseignements aussi. Montre-moi ta poubelle et je te dirai qui tu es ». Le challenge du poubellologue (personne qui étudie les poubelles) en toute société.

Trons d'arbre et travail au crochet
Une décoration qui allie nature et travail d’aiguilles
Image par Lenalensen de Pixabay

L’attrait de la nouveauté

Nos sociétés modernes sont très marquées par l’acquisition constante de produits neufs et de nouveautés. C’est un tourbillon dont il est difficile de se départir. En Europe, le volume des déchets produits, toute activité économique confondue, se compte en centaines de millions de tonnes.
La prise de conscience du volume de ces déchets et de leur valorisation est enclenchée depuis de plusieurs décennies. En France, la production sidérurgique est à 49% issue des ressources en déchets, cette part est de 67% dans la papeterie. (ADEME Déchets chiffres-clés Édition 2020).
Et c’est toute une branche d’économie circulaire qui pousse et se déploie. Le cycle de production et de traitement de l’objet en fin de vie est compris dans sa globalité.

lame de couteau
Quand une lame de ciseau devient un couteau
Atelier de la Gueule Noire

L’affaire de tous

L’artisanat et le commerce local ne sont pas en reste. Les recycleries collectent et remettent à la vente tout ce qui peut l’être, du matériau de construction à la petite cuillère en passant par le tissus, les meubles, les outils. C’est le temple des chineurs, des bricoleurs et celui des artisans qui se sont fait une spécialité de produire suivant le concept de l’upcycling.

Des robes Avec un bout d'guenille
Avec un bout d’guenille, on fait des vêtements

Upcycling

L’upcycling est un terme qui serait apparu il y moins de vingt ans, il définit l’idée de récupérer un déchet pour le transformer et produire tout autre chose avec une valeur supérieure. En français on dit aussi surcycler qui précise aussi la notion de valeur ajoutée indispensable à la manœuvre.

Alors de vieux draps à fleurs deviennent des tuniques, des chambres à air se font besaces, des pneus de vélo se découpent en ceinture, des palettes se posent en salon de jardin, des ciseaux s’aiguisent en couteau, des objets de brocante se parent de lumière.
Et c’est très tendance parce que c’est écologique et que les objets produits sont toujours assez singuliers.