Madame du Deffand

155,00 TVA non applicable selon l’article 293 B du Code Général des Impôts

Dont éco-participation 0,20 € | Livraison comprise


Madame du Deffand est un luminaire posé dans un salon du XVIIIème siècle. Il entend ce qu’il s’y passe, les lectures, les idées qui circulent, le monde qui s’interroge.

Un salon où les personnages en biscuit de Sèvres imitent les gens de cette société. Ils discutent, on dit qu’ils tiennent salon. Ils boivent le thé venu des Indes et parlent de philosophie, de lettres.

Vu de l’atelier : un morceau de bois porte une grille fine à purée et un interrupteur à levier en inox sur une corolle gaufrée de tôle en fer.

Rupture de stock

Description

 Madame du Deffand

La lampe Madame du Deffand est un luminaire de décoration qui suit le principe de l’upcycling. Elle protège la planète tout en racontant une histoire.

Ce luminaire est simple et sophistiqué à la fois. En effet, il est simple par son socle en bois de récup et sophistiqué par le travail proposé autour de l’interrupteur à levier. Un brin vintage, il se constitue d’un morceau de fond de plat à tarte en tôle gaufrée. Mais il est également sophistiqué aussi par la grille à purée posée comme une corolle sous la lumière. C’est une conque qui soutient une Vénus de lumière.

Une histoire de salon

Une fois encore, Madame du Deffand, s’assied dans son salon, elle reçoit Voltaire, philosophe et écrivain et Emilie du Chatelet, mathématicienne. Mais on y croise aussi d’Alembert, encyclopédiste, philosophe et écrivain, Marivaux, écrivain, Montesquieu, philosophe et écrivain, et d’autres, pleins d’autres. Ils ont laissé leur nom, pour certains leurs portraits, leurs textes, leurs équations, leurs pensées. Ici prend place un monde d’idées en perpétuel retournement, un travail sans cesse remis sur le métier. Les salons comme ceux de Madame du Deffand ont donné naissance à la pensée du Siècle des Lumières. Une pensée traduite en d’innombrables textes qui nous parlent toujours.

Le décor chez Madame du Deffand

Photo credit: Internet Archive Book Images on Visualhunt.com / No known copyright restrictions

Les rideaux, les fauteuils, les tentures se tapissent « de moire bouton d’or ». Chaque soir, La maitresse des lieux y donne un souper. Et celui du lundi a la réputation de rassembler ce que les Lumières comptent de plus brillant.

Soulignons que Madame du Deffand craint plus que tout l’ennui de la vie. Les mondanités, les frivolités, les vins doux, les macarons, les babas au rhum, les puits d’amour la laissent légère et c’est tout ce qu’elle veut. Elle prend part à ce monde qui est aussi celui du libertinage. Elle connait les Grandes Nuits de Sceaux où se rassemblent les membres de l’Ordre de la Mouche à Miel. Cette parodie des ordres de la chevalerie est un cercle très fermé avec des règles strictes pour un amusement maximum.

Informations complémentaires

Poids 5 kg
Dimensions 50 × 50 × 60 cm